Drapeau francais animé

Accueil
Mini-FAQ
En Savoir Plus
Alphabet
Images
Outils
Sites
Ethel Voynich
Merci
Contact
Bibliographie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Un Secret Peu Connu de la Science Médiévale: le Manuscrit Voynich

par Gabriel LANDINI, conférencier à la pathologie analytique, à l'école de l'art dentaire de l'Université de Birmingham, Angleterre, et René ZANDBERGEN, analyste fonctionnel et conseiller dans le secteur de l'espace, Darmstadt, Allemagne. 

Note: cet article est paru la première fois dans le numéro Juillet 1998 d' 'Æsculapius', le journal de l'Université de la Société Médicale et Dentaire de Birmingham de Diplômés, et est preséntée ici avec la permission aimable du rédacteur. 

Introduction

Imaginez un livre écrit dans un alphabet inconnu, dans une langue inconnue, à une date et un lieu inconnus. Un tel livre a­t­il pu être lu? Pourrait­on rechercher l'information qu'il contient? Ce n'est pas une question insignifiante et il a dérouté les historiens et les scientifiques pour la plupart d'un siècle, dans le cas d'un document médiéval particulier, appelé "le Manuscrit Voynich". 

Une Histoire Brève

En 1912, Wilfrid M. VOYNICH (un marchand de livres rares, anglais mais d'origine polonaise) a acheté un certain nombre de manuscrits médiévaux d'une source que d'abord il n'a pas révélée en Europe. Parmi ces derniers était un manuscrit de 235 pages écrit dans une écriture inconnue et ce qui semble être une langue inconnue ou un chiffre. Tout naturellement, Voynich voulait faire déchiffré le manuscrit et il a fourni des copies photgraphique du manuscrit mystérieux à un certain nombre d'experts. Cependant, le livre reste toujours non lu. Depuis lors, le manuscrit a été connu comme "le Manuscrit Voynich" (prononcé "Voïnitch" en français). 

Par la suite, on a su que VOYNICH a acheté le manuscrit de l'université Jésuite à la Villa Mondragone, Frascati, en Italie et qu'il a, à l'origine, appartenu au Collegium Romanum. il y avait, jointe au manuscrit, une lettre dans le latin daté 1666 (ou 1665) de Johannes Marcus MARCI de Cronland, recteur de l'Université de Prague, à Athanasius KIRCHER S.J., un prêtre Jésuit et scholaire à Rome, offrant le manuscrit pour le déchiffrage et mentionnant que l'Emperor RUDOLF II de la Bohêmie (1552­1612) l'a acheté pour 600 ducats d'or, ce qui équivaut à un pouvoir d'achat actuel d'environ 6.300.000 FF. La lettre a également impliqué que KIRCHER connaissait le manuscrit et avait échangé une lettre et quelques parties transcrites avec le propriétaire précédent qui n'a pas voulu lui envoyer le manuscrit entier. Encore la lettre a mentionné que l'on avait considéré Roger BACON (un frère franciscain qui a vécu de 1214 à 1294) l'auteur, mais de toute façon que l'on n'avait pas lu le Manuscrit. 

Quelques morceaux de preuve indirecte relient le Manuscrit à John DEE (1527­ 1608) qui a visité la cour de Prague en 1582­1586, qui étaient un admirateur de BACON et qui a colligié ses manuscrits. DEE a indiqué en son journal intime qu'il a eu 630 ducats en octobre 1586, (KEYNES, 1931) et son fils se sont rappelé que tandis qu'en Bohêmie, son père a possédé "un livre ne contenant rien sauf des Hiéroglyphiques, sur quel livre mon père a accordé beaucoup de temps, mais je ne pourrais pas écouter qu'il pourrait en faire du sens" (BROWNE, dans KEYNES, 1931). Est­ce que ceci a pu être le manuscrit? Aucun autre manuscrit connu ne suit cette description. En outre, selon A. G. WATSON (ROBERTS et WATSON, 1990), les numéros de foliation sont dans la main de DEE. 

Sur la marge inférieure du premier folio du manuscrit, sous l'illumination spéciale, on a trouvé la signature effacée de propriété de Jacobus de TEPENECZ et le mot "Prag". TEPENECZ était le directeur des jardins botaniques de RUDOLF II et il devrait avoir possédé le manuscrit entre 1608, quand il a rêcu son titre "de TEPENECZ", et 1619 où il s'est sauvé de Prague. Il y a de l'incertitude s'il l'a possédé avant ou après l'empereur RUDOLF II (qui a abdiqué en 1611). 

A ce moment l'histoire n'est pas très claire. La personne qui enverrait le manuscrit à Kircher est presque certainement l'alchimiste peu connu Georg BARSCH, qui a légué son bibliothèque alchimique entière à MARCI. Il n'est pas entièrement certain ce qui s'est passé au manuscrit entre le moment du cadeau de Marci et 1912. Le plus probablement KIRCHER, manquant le temps de l'étudier, l'a classé avec son autre correspondance. Il a été trouvé par P. BECKX S. J. (1795­1887), général de la Société de Jésus de 1853 à 1883, qui semble l'avoir sauvé de la confiscation par les soldats de Vittorio Emanuele en 1870, ainsi que d'autres manuscrits valables (parmi ce qui était la correspondance rassemblée de KIRCHER). Cette collection, en conclusion, a été vendue en 1912, en partie au Bibliotheca Apostolica Vaticana et en partie à W. VOYNICH. 

H. P. KRAUSE, un antiquaire de livres de New York, l'a acheté alors en 1961 pour la somme de 172.500 FF, plus tard évalué à 1.130.000 FF. Incapable de trouver un acheteur, il l'a donné à l'Université Yale en 1969, où elle reste jusqu'ici à la Bibliothèque Beinecke de Livres et Manuscrits Rares avec le numéro de catalogue MS 408. 

Description du Manuscrit

Le Manuscrit a inclu au moins 116 folios, dont 104 restent. La taille d'un folio est 6 par 9 pouces (15,2 par 22,9 centimètres), mais quelques folios sont deux ou trois fois de cela et sont pliés. Il y a une grande composition de six fois cette taille (18 par 18 pouces, ou 45,7 par 45,7 centimètres). Et les illustrations et l'écriture du Manuscrit sont uniques. Pour autant que l'on ne peut lire le Manuscrit, les illustrations sont le seul indice au sujet de la nature du livre. Selon ces illustrations, le manuscrit semblerait être un livre scientifique, la plupart du temps un livre d'herbes illustrées avec quelques sections additionnelles. 

Ce qui s'appelle généralement la section Herbale compte à peu près la moitié du volume. Elle se compose de dessins de plantes seules qui remplissent les pages, avec des paragraphes courts de texte écrits à côté d'eux. Parfois, deux plantes sont montrées à une page seule. La disposition est semblable à celle des herbaux illustrés traditionnels. Tandis que certains des dessins ressemblent aux plantes existantes, la grande plupart des dessins semble être des compositions fantastiques. La Figure 1 montre un exemple typique (fol. 53r). 

Une section suit avec des dessins astronomiques et soi­disants cosmologiques. Les pages astronomiques comportent des dessins circulaires, avec des images du soleil, de la lune et des arrangements circulaires d'étoiles. Les dessins cosmologiques ont une disposition semblable mais incluent d'autres dispositifs, plus abstraits, tels que des rosettes, des tubes, et des pipes. Une section des pages astronomiques (qui s'appelle d'habitude la section astrologique) a des illustrations du zodiaque, entourées par des cercles la plupart du temps des figures femelles nues tenantes des étoiles. 

La prochaine section apparente du manuscrit s'appelle Biologique parce qu'elle contient quelques curieux, peut­être anatomique, dessins comprenant des pipes et des tubes ressemblant à des vaisseaux sanguins, ainsi que des figures humaines, presque toujours des femelles nues semblables à celles de la section astrologique. On a suggéré que les illustrations représentent des bains médicinaux. La Figure 2, montrant les folios 77v et 78r, est de cette section. 

Quelques pages plus d'herbes suivent et puis une section différente qui s'appele Pharmaceutique, parce qu'elle inclut des images de récipients marqués et beaucoup de petits parts de plantes, principalement des racines et des feuilles. 

En conclusion, le manuscrit se termine avec ce qui s'appele la Section de Recettes, car elle contient beaucoup (324) de paragraphes courts, chacun avec une étoile dans la marge (en moyenne 15 par page). On a suggéré que cette section était quelque sorte de calendrier (ou d'almanac), bien que si on ajouterait les deux folios absents, le nombre de paragraphes serait probablement plus que 360 ou 365. 

Les Figures 1 et 2 montrent clairement le style des illustrations et d'écriture utilisés dans le Manuscrit Voniych. Quelques caractères ressemblent à ceux de l'alphabet romain (a, o, c, n, m), certains sont comme des nombres arabes (2, 4, 8, 9) et d'autres sont semblables aux symboles utilisés comme des abréviations latines ou des symbols alchimique dans les Ages Moyens. En outre, il y a quelques exemples de l'écriture étrangère (différente du corps principal du manuscrit), pas en "écriture Voynich" et peut­être ajoutés plus tard, comme les noms des mois dans la section astrologique (en une langue romane non identifiée) et trois lignes incompréhensibles sur le dernier folio, suggérant une clé au déchiffrage, ou un déchiffrage essayé par un des propriétaires précédents. 

On discute l'ensemble de caractères en plus de détail ci­dessous. 
 
Figure 1. Un photostat du folio 53r de la collection de FRIEDMAN. Le folio 53r fait partie de la section "herbale" du Manuscrit. Notez la similitude de certains des caractères aux lettres romaines (c, a, e, I, o) et nombres (4, 8, 9). Le numéro de page (53r) est censé être dans la main de John DEE. Reproduction par la courtoisie de la Fondation Marshall, Lexington, la Virginie, États­Unis d'Amérique. 


 
 
Figure 2. Un photostat des folios 77v et 78r de la collection de FRIEDMAN. Les folios 77v et 78r font partie de la section "biologique". On a associé les figures aux croquis des organes anatomiques: ovaires, utérus et vaisseaux sanguins (dessus de f77v), région intestinale (f77v, droite) et organes reproducteurs masculins (Jacques GUY) (à gauche). L'équipe de FRIEDMAN a probablement fait le numérotage à côté du texte aux photostats; le numérotage n'apparaît pas dans l'original. Reproduction par la courtoisie de la Fondation Marshall, Lexington, la Virginie, États­Unis d'Amérique. 

Les Tentatives de Déchiffrement

Quand le manuscrit était montré la première fois aux cryptologistes experts, ils ont pensé que la solution serait facile parce que le texte se composait de "mots", dont certains étaient plus fréquents et apparaîsaient dans certaines combinaisons (KAHN, 1967). Ceci s'est bientôt avéré être une erreur; le texte ne pourrait pas facilement être converti en latin, anglais, allemand ou une foule d'autres langues qui pourraient être à la base de ce document. 

William Romaine NEWBOLD a annoncé la première "solution" en 1919, (NEWBOLD, 1921), qui a causé une sensation en réclamant que le manuscrit a en effet contenu le travail de Roger BACON et que BACON avait connu l'utilisation du télescope et le microscope composé, voyant la structure en spirale de la galaxie d'Andromeda (!) visible seulement avec les télescopes modernes et les structures de cellules inconnues au siècle 13me. MANLEY a finalement réfuté cette solution (MANLY, 1931). 

Les tentatives de casser le code, cependant, n'était pas terminées. En 1931, Mme. Ethel VOYNICH a pris une copie photostat du Manuscrit à l'Université Catholique à Washington où le Père Theodore Petersen l'a reproduite photographiquement et a commencé une transcription complète manuelle du Manuscrit, avec un fichier aux mots, et des listes de concordances. La transcription seule, on a rapporté, lui a pris 4 ans. Malheureusement, on ne le connaît pas quelle conclusion, le cas échéant, il atteignaient. 

En 1944, Hugh O'NEILL, un botaniste renommé à l'Université Catholique à Washington, parmi les diverses plantes représentées dans le Manuscrit, a identifié quelques­unes comme espèce de Nouveau­Monde, en particulier un tournesol américain et un poivron rouge (O'NEILL, 1944). Ceci a signifié que la date du Manuscrit devrait être placé après 1493, quand Columbus a apporté les premières graines de tournesol à l'Europe. Cependant, l'identification n'est pas sûre: le poivron rouge est coloré vert et l'identification de tournesol est également contestée. 

Autre gens participiants à l'étude du manuscrit étaient des cryptologists en avant tels que W. FRIEDMAN et J. TILTMAN, qui est indépendamment arrivé à l'hypothèse que l'on a écrit le Manuscrit dans une artificielle, construite langue. Ceci a été basé sur la structure du "exprime" comme décrit ci­dessous. De telles langues artificielles ont été conçues au moins un siècle après la date probable du manuscrit de Voynich. La "Lingua Ignota" de HILDEGARDE de BINGEN (1098­1179) prédate le Manuscrit Voynich par plusieurs siècles, mais cette langue ne montre pas la structure observée par FRIEDMAN et TILTMAN, et il fournit seulement des noms et quelques adjectifs, qui sont un mélange du latin et de l'allemand. 

FRIEDMAN a fait la connaissance de PETERSEN qui à un moment donné lui a présenté sa transcription de main et tout autre matériel. Après la mort de FRIEDMAN, tout le matériel a été déplacé à la collection de W.F. FRIEDMAN de la base de rassemblement. Récemment, des versions électroniques des transcriptions faites par les équipes de FRIEDMAN ont été produites à partir des feuilles dactylographiées et rendu disponible sur l'Internet (REEDS, 1995). 

Après cela, les solutions prétendues anciennes voient dans le manuscrit un chiffre substitution simple qui peut seulement décoder quelques mots isolé (FEELY, 1943), la première utilisation d'un chiffre plus ou moins sophistiqué (STRONG, 1945; BRUMBAUGH, 1977), un texte en ukrainien avec les voyelles exclues, comme avec l'hébreu et l'arabe (STOJKO, 1978) ou le seul document survivant du mouvement Cathar (LEVITOV, 1987). Cependant, personne n'a produit aucun texte­clair acceptable. 

Prescott CURRIER a fourni quelques nouveaux aperçus intéressants du Manuscrit dans les années 70 et a présenté certains de ses résultats à un colloque dénué de formalités sur le Manuscrit Voynich à l'Agence de Sécurité Nationale à Washington, D.C. (D'IMPERIO, 1978). Basant ses résultats sur les propriétés statistiques du texte, il a montré que le Manuscrit est écrit en deux "langues" distinctes ce qu'il a simplement appelé A et B. Chacun folio a été écrit dans un des deux, et des bifolios dans la même "langue" ont été généralement groupés ensemble. C'est seulement dans la section d'herbes que l'on trouve quelques folios qui mélange l'A et le B. Il a montré, à la base des caractéristiques de l'écriture, que le Manuscrit semble avoir été écrit en deux "mains" distinctes, et il a même suggéré qu'il pourrait y avoir pas moins de cinq ou même huit mains différentes. Significativement, la main et la langue utilisée sur chaque folio sont entièrement corrélées. Currier a conclu qu'au moins deux personnes ont participé à la composition du Manuscrit Voynich, (qui il a considéré un point contre la "théorie de canular" récapitulée ci­dessous), bien qu'alternativement, une seule personne, dans deux périodes distinctes, aurait pu écrire le Manuscrit. 

En raison du manque de succès dans le déchiffrement, un certain nombre de personnes ont proposé que le Manuscrit soit un "canular". Le Manuscrit pourrait l'un ou l'autre être un contrefaçon du siècle 16me, vendu pour une somme lourde à l'empereur RUDOLF II, qui s'intéressait aux articles rares et peu communs (BRUMBAUGH, 1977, dérivant des théories non publiées plus tôt), ou peut­être par W. VOYNICH lui­même (BARLOW, 1986). Le dernier est efficacement exclu par la datation expert du Manuscrit, et par l'évidence de son existence avant 1887. 

Un problème avec la théorie d'un canular du Renaissance est que, comme sera montré, certaines statistiques de mot (les lois de Zipf) trouvées dans le manuscrit sont caractéristiques des langages naturels. En d'autres termes, il est peu probable que n'importe quel contrefaçon de siècle 16me a produit un texte "par hasard" qui suit les lois de Zipf (d'abord postulées en 1935). 

Depuis 1990, un groupe multidisciplinaire de taille variable, généralement entre 100 et 200 individus, dispersé tous autour du globe et relié par l'Internet, a maintenu un forum de courrier électronique sur le déchiffrement du Manuscrit Voynich. Ceci a mené à un échange animé des idées et de la définition de deux buts principaux: une transcription compréhensible par ordinateur du texte du Manuscrit et l'étude du texte par des expériences statistiques. Les sections suivantes se relient à ces issues. 
 

La Transcription

A pouvoir analyser le texte avec les outils modernes, une représentation compréhensible par ordinateur du texte est nécessaire. Quelques transcriptions partielles ont été produites dans le passé, par des groupes d'étude de FRIEDMAN (en particulier son premier groupe d'étude ou FSG) et par CURRIER et D'IMPERIO. Les auteurs ont décidé de corriger les transcriptions existantes et d'ajouter les parties absentes de la copie de Petersen (avec la permission aimable de la base de rassemblement) employant un alphabet de transcription nouvellement conçu . Pour faciliter le processus de transcription, ce nouvel alphabet (appelé EVA, European Voynich Alphabet = l'Alphabet Européen Voynich) assigne des lettres romaines aux différents caractères voïnitchais tels que les combinaisons qui apparaissent dans le Manuscrit sont la plupart du temps pronounceable. 

La transcription du manuscrit de Voynich est rendue difficile par quelques problèmes. Puisque l'alphabet n'est pas connu, on ne peut pas être sûr qui sont les composants de base, c.­à­d. les caractères simples. Pour la même raison, ce n'est jamais clair si deux caractères semblables sont vraiment différents, ou en fait pareil mais pour une variation de l'écriture. La différentiation au­dessus mène à un jeu de caractères excessivement grand et à un exercice extrêmement difficile de transcription, d'autant plus que les variations de la manière que les caractères sont écrits est un continuum de possibilités et aucune règle bien définie pour distinguer un de l'autre ne peut être donné. La sous­différentiation devrait, d'autre part, évidemment être évitée parce qu'une fois que deux caractères différents sont transcrits les mêmes, l'erreur ne peut pas être défaite. Par conséquent, l'alphabet de transcription doit être soigneusement conçu. 

Un autre, plus petit, problème est que le texte inclut ce qui sont des "ligatures" évidentes des caractères de base, et quelques caractères "rares", qui se produisent seulement plusieurs fois dans le texte entier (qui compte environ 250.000). L'alphabet EVA, conçu par ZANDBERGEN à l'aide de Jacques GUY (comm. priv.) tend à casser le texte en plus petits composants que la plupart des alphabets précédents. L'alphabet de base qui permet la transcription de la grande majorité du Manuscrit est montré dans le tableau 1, en utilisant une police d'ordinateur conçue par LANDINI. Il inclut quelques caractères de Voynich qui sont les caractères le plus probablement simples mais représenté dans l'alphabet de transcription par plusieurs. Les caractères plus rares, dont certains sont des embellissements ou des variations des caractères de base, ont été ajoutés comme prolongation à l'alphabet, tel qu'il peut entièrement reproduire le Manuscrit (voir le document en ligne à http://web.bham.ac.uk/G.Landini/evmt/eva.htm 

Tableau 1. L'alphabet de transcription utilisé par les auteurs. 
Note: pour montrer les caractères du Manuscrit Voynich, il faut que la police 'EVA main 1 TrueType' soit disponible à vôtre fûreteur. 
 

Caractères EVA de base 
EVA
manuscrit
EVA
manuscrit
EVA
manuscrit
'
'
m
m
SH
SH
n
n
cth
TH
b
b
o
o
ckh
KH
c
c
p
p
cph
PH
d
d
q
q
cfh
FH
e
e
r
r
dans
dans
f
f
s
s
iin
iin
g
g
t
t
h
h
u
u
i
i
v
v
j
j
X
X
k
k
y
y
l
l
z
z

Les ligatures sont indiqués en groupant plusieurs caractères entre les parenthèses, par exemple (c'y) ou (ith), ou en employant des capitaux pour les caractères qui se relient vers la droite, dans ces cases: C'y ou ITh. Ces ordres ressemble à C'y et ITh , respectivement. Les caractères rares sont codés à l'aide de la valeur numérique contenue entre une esperluète et un point­virgule, par exemple (c&179;h) à qui ressemble c³h . Des mots sont séparés par un point, alors qu'une virgule est employée quand la coupure du mot est incertaine. 

Pour illustrer l'utilisation de l'alphabet EVA, voici le premier paragraphe du folio 53r (la Figure 1), transcrit en l'alphabet EVA, et montré avec la police d'ordinateur EVA Hand 1
 

Tableau 2.
kodam,chocThody.oty
> dol.dain.s,cho,She.oty
> Sho,os.chokan.ody
> ytchodaiin.yky.otchey.otod
okSh.otol.cFhy.cPHodol.ykody.qokchod. (dessin de plante) otcho.qot.oty 
ykeodar.oqoor.ocKi.odor.chain.qokod. (dessin de plante) ykchdy.chees.dal
sodar.otos.qoy.tchy.otey.chos.okod. (dessin de plante) ykchody.qokchy
qotchol.dar.qoty.chtor.oltSho.cTo. (dessin de plante) ykeeod.o.y,toyd
otol.chol.cTheees.os.orol.chod.qoty 

La nouvelle transcription en utilisant l'alphabet romain:

 kodam, sho de chocthody.oty 
 dol.dain.s, cho, she.oty  
, os.chokan.ody  
 ytchodaiin.yky.otchey.otod  
 oksh.otol.cfhy.cphodol.ykody.qokchod. ­ otcho.qot.oty 
 ykeodar

Analyse du Texte

Dans le passé, l'analyse du texte du Manuscrit Voynich a été basée sur l'inspection visuelle des pages du Manuscrit ou par l'analyse numérique des transcriptions partielles. L'analyse experte du manuscrit a rapporté étonnamment peu de faits durs. C'est naturellement dû au caractère unique du Manuscrit et de l'absence des indications certaines de sa provenance et son époque. La croyance courante sur la provenance du Manuscrit le localise en Europe centrale, tandis que quelques experts le localise ou en Allemagne ou en Italie. L'époque du Manuscrit est indiqué comme siècle 15me tardif au siècle 16me commencant, alors que d'autres n'excluraient pas le siècle 13me ou même le siècle 16me tardif. Les auteurs proposés pour le Manuscrit sont: Roger BACON; un alchimiste du nord inconnu; un charlatan italien ou allemand; John DEE; Giordano BRUNO; ou Anthony ASKHAM. 

Il semble clair que le meilleur espoir de résoudre le mystère du Manuscrit est par l'intermédiaire d'une analyse numérique du texte, tel que des statistiques des caractères et des mots, des concordances et des corrélations à travers les pages, aussi bien que l'identification des légendes (des mots simples ou des 'étiquettes') qui se produisent près de plusieurs des illustrations dans le Manuscrit. Jusqu'ici, il y a quelques faits établis. 

Statistiques des Caractères

La taille d'alphabet semble être de l'ordre de 23­30, selon ce qu'on appelle un caractère simple. Il n'a pas été possible d'identifier les caractères Voynich qui représentent évidemment des nombres. La distribution de fréquence des caractères simples est plutôt semblable à celle des langues naturelles, et on peut tentativement identifier des voyelles et des consonnes tels que le texte soit la plupart du temps pronounceable. Les caractères simples répétés (doublets) sont extrêmement rares, excepté i et e qui se produit habituellement deux ou trois fois dans une rangée, et qui peut­être représente des caractères simples. Par exemple le double ou le triple i (in et iin ) ressemblent étroitement à un n ou à un m cursif, respectivement. 

L'Entropie de Caractère 

L'entropie, en termes de la théorie d'information, est une mesure numérique de l'incertitude dans un ordre ou une séquence des caractères. Par exemple l'ordre "aaaaaaaaaaaa..." est très prévisible (basse entropie). Il y a une probabilité élevée que le prochain caractère sera "a". La séquence "dkjtgarltsoy..." n'est pas très prévisible (entropie élevée). C'est intéressant que tous les langages naturels ont un certain degré de redondance, qui est également le cas pour le texte du Manuscrit. Cependant, l'entropie de deuxième ordre (la quantité d'incertitude d'un caractère suivant un caractère connu) est trop basse en comparaison aux langues européennes (BENNETT, 1976). C'est une conséquence du fait que les caractères dans les mots tendent à suivre des ordres fixes. Certains ont pris ceci comme indication que les mots sont "construits" d'une manière semblable aux langues artificielles du siècle 16me

Statistiques des Mots

Si on suppose que les "espaces" entre les "mots" soient véritablement des séparateurs de mot, la longueur de mot moyenne est nettement plus courte que celle du latin ou de l'anglais. Il y a une grande quantité de répétition dans le texte, et le même mot peut se répéter jusqu'à quatre fois. En plus, des mots qui diffèrent seulement par un caractère sont souvent trouvés en proximité. On a speculé que cette sorte de répétition pourrait être due aux valeurs numériques de codage (cinq, cinq), aux prières (amen, amen , etc.), ou à la présence de formules ou de recettes magiques. A cause de cette longueur de mot moyenne courte, certains pensent que les espaces ne séparent pas des mots mais plutôt des syllabes. Alternativement, à cause de l'ensemble restreint de caractères mot­initiaux ou mot­finals, il est possible que les espaces soient d'une nature orthographique, comme c'est le cas dans l'écriture arabe. En tout cas, le nombre de différents mots et le nombre de mots se produisant seulement une fois dans le texte sont dans les limites raisonnables pour un texte de cette longueur. 

Distribution des Mots

ZIPF (1935) a décrit un certain nombre de rapports en textes qu'il a suggérés être dus à un "principe de moindre effort" dans l'utilisation de langage. Il a montré, qu'en écriture normale, 1) la fréquence d'un mot particulier est inversement proportionnelle à son rang, une fois les mots sont assortis par fréquence diminuante; 2) le nombre de mots peu fréquents est inversement proportionnel à leur fréquence; et 3) le nombre de syllabes est inversement proportionnel à la fréquence de l'utilisation d'un mot. La première (et la plus importante) caractéristique est présente dans le texte du Manuscrit Voynich, comme représenté sur la figure N§ 3. La première loi de Zipf est représentée par une ligne droite avec une pente de ­1. On observe également la petite déviation caractéristique de cette ligne trouvée dans les langages naturels est présente aussi dans la langue du Manuscrit Voynich. 
 
Figure N§ 3. Un rang­fréquence graphique ZIPF de plusieurs textes: VOYNICH (transcription du Premier Groupe d'Étude (FSG) de FRIEDMAN), ROGET (le dictionnaire synonymique de ROGET), la République de PLATON, Emma (un roman par Jane AUSTEN), Alice (Alice au Pays des Merveilles, par Lewis CARROLL). Notez que tous, (sauf le dictionnaire synonymique de ROGET, une collection de définitions très courtes et de mots entre­référencés) suivent la même tendance d'une pente de ­1 dans le graphique logarithmique­logarithmique. Il y ont deux "lois" de plus de ZIPF aux quelles le texte du Manuscrit Voynich obéit; on peut obtenir des renseignements à ce propos à: http://web.bham.ac.uk/G.Landini/evmt/zipf.htm

Conclusion

Il est possible que, si déchiffré, le Manuscrit ne révélerait pas plus que les connaissances déjà trouvées en d'autres herbales et livres alchimiques médiévaux. Pourtant, si le document n'est pas un canular ou de la glosslalie, ça signifie qu'au moins les personnes impliquées dans l'écriture pouvaient le lire. Le fait que ce text reste toujours pas lu est tout à fait unique et un défi en termes cryptologiques. Quelle était la méthode de codage? Quelle est la langue sous­jacente? Qui l'a écrit? Pourquoi? Il serait également intéressant de savoir quel genre de connaissance a exigé une telle quantité de secret à l'heure de l'écriture. Il même contenir un sujet complètement indépendant des dessins... 

De toute façon, si on produit enfin un texte "lisible" pour le Manuscrit, comment pourrait­on être sûr que la solution est correcte? Y ont­il des solutions déjà annoncées qui pourraient être correctes? Sur quelle base accepter ou rejeter une solution proposé est tout à fait un problème parce qu'il y a aucune date , auteur, pays, ou langue associés au Manuscrit. Nous assumerons que: 

  1. il y a un texte signicatif sous­jacent l'écriture du Manuscrit Voynich;
  2. la langue est connue ou étroitement lié à une langue connue; et
  3. le texte est codé avec une méthode réversible.
Si tous ces derniers ne sont pas vrais, il semble qu'il n'y ait aucune possibilité de trouver une solution. 

Aucune solution qui ne présente pas une description détaillée de la façon dont les écrivain(s) du Manuscrit a fait le "codage" ne peut être acceptée, et ceci est où la plupart des solutions proposées échouent. Il est également clair que ni la méthode de codage ni le contenu du texte décodé puisse ne pas être en conflit avec le contexte d'un manuscrit écrit en Europe médiévale (ou ailleurs par un Européen médiéval). En conclusion, la solution devrait clairement expliquer les nombreuses propriétés statistiques curieuses trouvées dans le texte du Manuscrit, que l'on ne pourrait pas entièrement décrire ici, mais que l'on peut trouver dans la littérature sur le sujet (TILTMAN, 1967; CURRIER, 1976; D'IMPERIO, 1978).

Il semble paradoxal qu'à l'heure de soucis levants concernant l'utilisation publique des codes de sécurité "incassable", un manuscrit médiéval ne peut probablement pas être lu . Espérons qu'il n'est pas pour trop long. 

Références

Des références aux travaux les plus appropriés au sujet du Manuscrit Voynich, mentionnés dans le texte, suivent. D'IMPERIO (1978) a une longue bibliographie des sujets qui sont probablement liés au Manuscrit. En outre, les développements les plus récents dans l'étude du Manuscrit Voynich peuvent être trouvés sur le Web, par l'intermédiaire des sites suivants: 

http://web.bham.ac.uk/G.Landini/evmt/evmt.htm 
Note: ce site contient des instructions sur la façon de télécharger la police "la main 1 EVA" TrueType utilisée en cet article. 

http://www.geocities.com/Athens/Delphi/8389/voygal1.htm

Une Galérie d'Images des Folios du Manuscrit Voynich.

Jim Reeds maintient la bibliographie la plus à jour au sujet du Manuscrit Voynich sur son site Web: 

http://www.voynich.net/reeds/bib.html
 

Des Oeuvres Imprimés 

  1. BARLOW, M. The Voynich Manuscript ­ by Voynich? (Le manuscrit de Voynich ­ par Voynich?), Cryptologia, 1986, 10 (4): pp. 210­216.
  2. BENNETT, W.R. Scientific and Engineering Problem Solving with the Computer (Résolution des problèmes scientifique et de technologie avec l'ordinateur), Englewood Cliffs: Prentice­Hall, 1976, pp. 103­198.
  3. BROWNE, Sir T. (citation) in Works (Oeuvres), G. Keynes, ed., 1931, v.6, p. 325.
  4. BRUMBAUGH, R.S. The World's Most Mysterious Manuscript (Le Manuscrit le plus Mystérieux du Monde). Carbondale: Southern Illinois University Press, 1978. London: Weidenfeld and Nicholson, 1977.
  5. CURRIER, P. Papers on the Voynich Manuscript, Papers presented at: New Research on the Voynich Manuscript: Proceedings of a Seminar, (Des Papiers à propos du Manuscrit Voynich, papiers presentés à: des Nouvelles Recherches du Manuscrit Voynich), 1976, Washington, D.C.
  6. FEELY, J.M. Roger Bacon's Cipher: The Right Key Found (Le Chiffre de Roger Bacon: la Bonne Clé Trouvée). Rochester, NY., 1943.
  7. GUY, J.B.­M. Private communication (Communication privée).
  8. D'IMPERIO, M.E. The Voynich Manuscript ­ an elegant enigma (Le Manuscrit Voynich ­ une énigme élégante). Aegean Park Press, Laguna Hills, California, 1978.
  9. KAHN, D. The Codebreakers (Les Caseurs de Chiffres). New York: Macmillan, 1967, pp. 863­872, 1120­1121.
  10. LEVITOV, L. Solution of the Voynich Manuscript: A liturgical manual for the endura rite of the Cathari heresy, the cult of Isis (Solution du Manuscrit Voynich: Un manuel liturgique pour le rite de l'endura de l'hérésie Cathari, le culte d'Isis). Laguna Hills, California: Aegean Park Press, 1987.
  11. MANLY, J.M. "Roger Bacon and the Voynich Manuscript (Roger Bacon et le Manuscrit Voynich)". Speculum 6 (July 1931), pp. 345­91.
  12. NEWBOLD, W.R. The Cipher of Roger Bacon (Le chiffre de Roger Bacon). Proceedings of the College of Physicians and Surgeons of Philadelphia, 1921, pp. 431­74. Read April 20, 1921. (Démarches de l'université des médecins et des chirurgiens de Philadelphie, 1921, pp 431­74. Lu 20 Avril 1921.
  13. NEWBOLD, W. R. The Cipher of Roger Bacon, edited with foreword and notes by R. G. Kent. ((Le chiffre de Roger Bacon, édité avec un avant­propos et des notes par R. G. Kent.) Philadelphia: University of Pennsylvania Press; London, H. Milford, Oxford University Press, 1928.
  14. O'NEILL, H. "Botanical Remarks on the Voynich MS (Remarques botaniques sur le Ms. Voynich." Speculum, 1944, 19: pp. 126.
  15. REEDS, J. Private communication (Communication privée).
  16. REEDS, J. "William F. Friedman's Transcription of the Voynich Manuscript (Transcription de William F. Friedman du Manuscrit Voynich ." Cryptologia, 1995, 19: pp. 1­23
  17. ROBERTS, R. J., Watson, A. G., eds. John Dee's Library Catalogue (Catalogue de la Bibliothèque de John Dee) . London: The Bibliographical Society, 1990.
  18. STOJKO, J. Letters to God's Eye (Lettres à l'Oeil de Dieu), Vantage Press, New York, 1978. Lib. Congress No. 78­68893.
  19. STRONG, L.C. "Anthony Askham, the author of the Voynich Manuscript (Anthony Askham, l'auteur du Manuscrit Voynich)." Science, new series 101 (15 June 1945): pp. 608­9.
  20. TILTMAN, J.H. "The Voynich Manuscript, "The Most Mysterious Manuscript in the World" ­ Anthony Askham, the author of the Voynich Manuscript (Le Manuscrit Voynich. "le manuscrit le plus mystérieux du monde" ­ Anthony Askham, l'auteur du Manuscrit Voynich) ", NSA Technical Journal, XII, 3 (July, 1967), pp. 41­85.
  21. TORESELLA, S. "Gli erbari degli alchimisti (Les herbaux alchimiques). In: Arte farmaceutica e piante medicinali ­ erbari, vasi, strumenti e testi dalle raccolte liguri, Saginati L, ed. Pisa: Pacini Editore, 1996, pp. 31­70.
  22. YALE (BEINECKE Library) catalogue of MS. 408 is electronically available at 
  23. gopher://yaleinfo.yale.edu:7700/0R0­102421­YaleLibraries/
    Beinecke/manu/Beinpre/ms400­.gen
  24. ZIPF G. K. The Psycho­biology of Language (La Psycho­biologie de la langue). . Hought Mifflin Co, Boston, 1935, pp. 20­48.

Remerciements 

Les illustrations du Manuscrit Voynich contenu en cet article montrent que les pages de la copie photostatique de W. Friedman possédée par la collection de William et d'Elizebeth Friedman dans le George Marshall Fondation, Lexington, la Virginie, les États­Unis d'Amérique, et ont été reproduites avec la permission aimable du propriétaire. 

Des membres de la liste e­mail Voynich sur l'Internet ont éxécuté la plupart des analyses numériques récapitulées en cet article.